Site du colloque

George Sand et les sciences de la Vie et de la Terre

PUBP, Clermont-Ferrand, 2020

Résumés

Chapitre 1 « Le roman de la Terre » présentation Martine Watrelot

Sciences naturelles et imaginaire : des Journaux de voyage en Auvergne et en Velay au roman Jean de la Roche

Simone Bernard-Griffiths, professeure émérite de littérature française du XIXe siècle, Celis, Université de Clermont-Auvergne

Résumé : Des journaux de voyage en Auvergne et en Velay (1827, 1859) au roman Jean de la Roche (1859-1860), George Sand manifeste son intérêt pour la géomorphologie et la minéralogie volcaniques. Elle s’inscrit ainsi dans le sillage du naturalisme romantique nourri notamment par les travaux de la Société géologique de France, de Brard, Coquand et Poulett Scrope. Dans Jean de la Roche l’écriture sandienne intègre les sciences naturelles à la trame romanesque. Elle unifie le régime des personnages de savants autour d’un rapport à la science aux valences ambiguës. Elle place la quête amoureuse qui donne son sens au roman sous le signe d’une géopoétique des volcans éteints. Les paysages deviennent paysages d’âme. Les deux protagonistes vivent l’amour entre feu et froideur. Froideur relative d’une « amitié tendre et forte » chez Love, d’une flamme aux élans érotiques douloureusement retenus chez Jean de la Roche. Le dénouement du roman prône, par la voix de l’héroïne, une tolérance au symbolisme minéralogique. La « différence des combinaisons » observable dans les pierres se retrouve dans les cœurs. Il faut donc admettre qu’il y a différentes « manières de s’aimer et de s’entendre ». La fin du roman illustre le triomphe du couple dans l’hétérogénéité sentimentale.

Abstract : George Sand shows her interest for volcanic geomorphology and mineralogy in the journals she wrote about her travels – Voyage en Auvergne (1827) and Voyage en Auvergne et en Velay (1859) – and her novel Jean de la Roche (1859-1860). Her writings follow in the wake of Romantic naturalism which was informed by the work of the French Geological Society, specifically that of Brard, Coquand and Poulett Scrope. In Jean de la Roche, Sandian writing integrates the natural sciences with the fabric of the novel. She links her cast of scientists in a relationship to a science characterized by ambiguous valences. She places the quest for love, one providing her true meaning to the novel in a geopoetics of extinct volcanoes. Landscapes become soul-landscapes. The love of both protagonists is situated between the relative coldness of “a tender and strong friendship” for Love and the fire or flame made of erotic impulses painfully restrained for Jean de la Roche. Through the voice of the heroine, the outcome of the novel advocates a tolerance for mineralogic symbolism. The observable “difference of the combinations” in the stones is found in the hearts. We must acknowledge different “ways to love and get along”. The end of the novel illustrates the couple’s triumph in sentmental heterogeneity.

La cristallographie et la vision sociale dans Laura, voyage dans le cristal et Teverino | Crystallography and Social Vision in Laura, voyage dans le cristal and Teverino

Amy Parker, doctorante en LLE, Langages et littéracies, Institut d’études pédagogiques de l’Ontario (IEPO), université de Toronto

Résumé : En partant des connaissances de George Sand dans le domaine de la géologie, l’article souligne les allusions faites aux sciences dans les romans Laura, voyage dans le cristal et Teverino. On note le fondement scientifique et fantastique des portraits de la nature et on commente la présence d’une vision sociale subordonnée à la géologie. Dans Teverino, l’écrivain projette une vision utopique et imaginaire. Dans Laura, la vision sociale est fondée dans les principes abstraits et dépend de la connaissance scientifique et philosophique des choses matérielles.

Abstract : Beginning with George Sand’s understanding of geology, the paper emphasizes the references to science in two novels. In Teverino, the author establishes an imaginary utopic vision and in Laura, the travellers discover a fantastical world that nevertheless responds to scientific principles as developed by scientists contemporary to the author. The paper discusses how Sand reiterates her political and social opinions in the second novel but widens them to include scientific understandings of material things and applies this knowledge to a vision of the crystal.

La beauté des pierres. George Sand et Léon Brothier, le géologue philosophe.

Michelle Perrot, professeure d’histoire contemporaine émérite université Diderot Paris

Résumé : Après son premier voyage dans le Massif Central, le goût latent de George Sand pour les sciences naturelles s’étend de la botanique à la minéralogie et à la géologie. Se sentant quelque peu démunie devant ces sciences plus techniques, elle se met en quête d’un initiateur. Séduite par la lecture de l’Histoire de la terre (1860) de Léon Brothier, elle s’adresse à cet ingénieur aux Chemins de fer du Midi qui travaille au Creusot, à Nevers, et surtout à Montluçon. Avec celui qu’elle appelle « mon géologue » et, plus familièrement « le père Brothier », les relations ne cessent plus. Un premier séjour a lieu à Nohant, du 8 au 14 juillet 1860, dont l’Agenda rend un compte enthousiaste. Il l’aide à classer les pierres et à compléter ses collections, conscient toutefois qu’elle préfère la botanique. Brothier accueille Sand à Montluçon en 1860 et 1861, elle doit à ce, saint-simonien et industrialiste convaincu, la révélation de la puissance et des souffrances de la grande industrie à laquelle l’avait introduite plus modestement la coutellerie de Thiers.

Abstract : Following her first voyage to the mountainous central region, George Sand’s fascination with the natural sciences grew from botany to include mineralogy and geology. Greatly impressed upon reading History of the Earth (1860) by Léon Brothier, an engineer for the railroad system in the south of France working mainly in Montluçon but also in Creusot and Nevers, she approached him to request tutoring in geology. In her Agenda she describes with enthusiasm their initial lessons at Nohant on July 8 to 14, 1860. Recognizing botany as her primary interest, he instructed her in the classification of rocks and in completing collections. Brothier then welcomed Sand to Montluçon in both 1860 and 1861. To this dedicated saint-simonien industralist she owes her awakening to the realization of the immense power wielded by industrial development and the ensuing misery, a situation she had previously recognized on a smaller scale within the cutlery industry of Thiers.

Chapitre 2 : Biologie, présentation Martine Watrelot

La transmission du savoir dans André : entre pouvoir et déficience | The transmission of the knowledge in André : between power and deficiency

Elyssa Rebaї, docteur en littérature française, Celis, Université de Blaise Pascal

Résumé : André, roman initiatique de George Sand paru en 1835, se présente en effet comme un vrai support qui permet de traiter de manière très approfondie la question de la transmission des savoirs. Le legs du savoir y apparaît comme une arme à double tranchant, comme un privilège très ambivalent, étant à la fois source d’élévation et de dégradation, d’enthousiasme et de désenchantement, de pouvoir et de déficience. C’est justement cette fluctuation dans l’efficacité de toute diffusion de savoir qui mérite, nous semble-il, attention.

Abstract : André, an initiatory novel for George Sand published in 1835, presents itself as a true medium which allows to deal very thoroughly with the question of the transmission of knowledge. The legacy of knowledge appears as a double-edged sword, as a very ambivalent privilege, being at the same time source of elevation and degradation, enthusiasm and disenchantment, power and deficiency. It is precisely this fluctuation in the effectiveness of any diffusion of knowledge which deserves, it seems to us, attention.

« Un des plus beaux livres qui soient sortis de l’esprit humain » : La Physiognomonie de J.G. Lavater dans l’œuvre de George Sand | One of the best books created by human mind” (J.С. Lavater’s Physiognomy perceived by George Sand)

Olga Kafanova

Directrice du département de communications interculturelles à l’Université de la flotte fluviale et de la marine de Saint-Pétersbourg, docteur ès lettres.

Résumé : George Sand était une adepte convaincue de la théorie de J.G. Lavater, théologien suisse, auteur de La Physiognomonie. À la différence de plusieurs de ses contemporains qui connaissaient cette théorie par ouï-dire, G. Sand s’y est impliquée à fond, rédigeant des notices et des abrégés. Elle a consacré aux idées de Lavater la septième des Lettres d’un voyageur (1835) où elle a exprimé ses exigences pour la science de ne pas être indifférente à la morale. La technique physiognomonique qui permettait de lire l’alphabet corporel et de comprendre la psychologie de l’homme d’après son aspect extérieur a enrichi le panorama des personnages romanesques sandiens. Grâce à Lavater, Sand a appris à voir et à observer les nuances qui déterminent la différence entre les caractères.

Abstract: George Sand was a convinced follower of J.С. Lavater, a Swiss theologian and the author of Physiognomy. Unlike many of her contemporaries, who knew about Lavater’s theory only by repute, Sand studied it thoroughly, taking notes. She devoted to Lavater’s ideas the seventh of her A Traveler’s Letters (1835), where she required that science be not indifferent to morality. The physiognomic technique, which allowed reading “the body alphabet” and understanding human psychology through the appearance description, enriched the range of George Sand’s novel characters. Due to Lavater, she learned to see and observe the nuances that determine the difference between characters.

George Sand et les théories françaises de l’Évolution avant Darwin(1859)  | George Sand and the French theories of evolution before Darwin (1859)

Mariette Delamaire, docteur ès lettres

Résumé : Deux textes peu connus de George Sand, Le Poème de Myrza et le fragment « Soi pour soi. La science », témoignent de son intérêt pour la controverse fameuse qui opposa en 1830 Cuvier à Geoffroy Saint-Hilaire ; le premier tenant pour la fixité des espèces, le second affirmant à la suite de Lamarck que les espèces se modifient sous l’action du « milieu ambiant ». George Sand prend position en faveur du système de Geoffroy Saint-Hilaire, mais l’influence de Pierre Leroux et de Michel de Bourges, la détournent de l’Histoire naturelle en faveur d’un engagement républicain et socialiste. Les événements publics et privés renouvelleront d’un côté sa curiosité scientifique, de l’autre son questionnement métaphysique : Évenor et Leucippe (1856) « roman antédiluvien » expose les vues et les croyances de George Sand sur la Création, l’origine de l’homme et sa destinée future.

Abstract : Two little known texts by George Sand, The Poem of Myrza and the fragment « Oneself for oneself. Science « , testify to her interest in the famous controversy which opposed Cuvier to Geoffroy Saint-Hilaire in 1830 ; the first one sticking to the fixity of the species, and the second one asserting, after Lamarck, that the species evolve under the action of the « ambient environment ». George Sand takes a stand in favor of Geoffroy Saint-Hilaire’s system, but under the influence of Pierre Leroux and Michel de Bourges, she distances herself from the science of Nature and turns towards a republican and socialist commitment. Public events as well as private ones will renew both her scientific curiosity, and her metaphysical questioning: Évenor and Leucippe (1856), an « antediluvian novel », sets forth the views and beliefs of George Sand on the Creation, the origin of man and man’s future destiny.

Lettres d’Étienne Geoffroy Saint-Hilaire à George Sand (transcription Martine Watrelot)

Etienne Goffroy Saint-Hilaire’s letters sent to George Sand (transcribed by Martine Watrelot)

Geoffroy Saint-Hilaire et Sand entre correspondance savante et philosophie politique | Geoffroy Saint-Hilaire & Sand establish

Martine Watrelot, docteur ès lettres, membre associé à l’IHRIM-ENS de Lyon UMR 5317

Résumé : Entamée en 1835 et poursuivie jusqu’en 1839, la correspondance entre Étienne Geoffroy Saint-Hilaire et George Sand, ci-devant présentée, peut laisser le lecteur déconcerté. Pour l’éclairer, en nous centrant sur la période charnière du printemps-été 1837, nous envisagerons le projet du naturaliste dans la perspective du programme de rénovation sociale saint-simonien, et chercherons à établir l’influence du savant sur la philosophie et la création sandiennes.

Abstract : At first glance, the correspondance between Étienne Geoffroy Saint-Hilaire and George Sand, begun in 1835 and continued until 1839, seems rather insignificant. By focusing on letters written during the spring and summer of 1837 and in view of the natural scientist’s interest in social reconstruction along the lines of saint-simonien principles, we are encouraged to look for any influence he may have had at the time on Sand’s philosophical and creative processes.

George Sand sur les traces de Charles Darwin : assentiment, résistances, accommodements | George Sand on the path of Charles Darwin : affinity, doubt, adaptation

Françoise Genevray, maîtresse de conférences université de Lyon III

Résumé : Intéressée de longue date par l’histoire naturelle, George Sand ne pouvait ignorer l’énorme retentissement de L’Origine des espèces (1859). Les théories évolutionnistes de Darwin ont laissé dans ses écrits des traces explicites ou allusives, qui permettent de suivre les étapes d’une réception à la fois sélective et évolutive. Il convient pour cela d’inventorier les sources d’information de la romancière sur les travaux du savant, puis d’évaluer au plus juste ce qu’elle en a retenu, rejeté ou progressivement assimilé. Ses interrogations portent pour l’essentiel sur deux points : peut-on accepter l’idée de notre origine animale ? Et quelle portée accorder à la loi de la sélection naturelle ? Tout en admettant la teneur scientifique des théories darwiniennes, Sand marque les limites philosophiques et religieuses assignées à cette nouvelle histoire de la nature, qui trouve l’esquisse d’une traduction fictionnelle dans ses Contes d’une grand-mère.

Abstract : Given her ongoing interest in the natural sciences, George Sand found much food for thought in the theory of evolution as elaborated by Charles Darwin in The Origin of Species (1859), of which she recognized the resounding importance. His ideas had both a direct and indirect influence on her writing and through her critical references we can retrace the evolution of her thinking.  

This approach requires an inventory of the scientific sources and texts written by Darwin that were available to the novelist at the time, followed by an assessment of her processing of this information. With her affinity for scientific thinking, that with which she agreed in darwinian theory was used and assimilated in her writing, but she rejected some ideas and gave a long look at his theories on human descent from animals and natural selection. The philosophical and theological limitations that Sand recognized in some of the new natural history are translated into fictional sketches in her novel, Contes d’une grand-mère.

Chapitre 3 : philosophie politique et morale, présentation Martine Watrelot

Les Contes d’une grand-mère, des écofictions avant la lettre ? | Can George Sand’s Contes d’une grand-mère be considered as ecofictions? Pascale Auraix-Jonchière, professeure de littérature française, CELIS (Centre de recherches sur les Littératures et la Sociopoétique), Université Clermont Auvergne.

Résumé : Il peut sembler téméraire ou anachronique de parler d’écofiction pour des œuvres du XIXe siècle. Pourtant, le souci de la nature (la faune, la flore, la météorologie) et du traitement que l’homme inflige à son environnement est aigu chez George Sand. Dans Contes d’une Grand-Mère, celle-ci entend transmettre à ses petites-filles une même attention à la vie de la Terre grâce à des fables où le merveilleux permet d’imaginer quels pourraient être les dangers d’un mépris de la nature.

Abstract : Talking of « ecofiction » for nineteenth century tales may sound not to be relevant. However Sand acutely cares for nature (either animals, flowers ou meteorology) and she pays attention to the way human beings behave towards their environment. In Contes d’une Grand-Mère, she intends to transmit this care for natural life to her grand-daughters thanks to tales where marvels allow the reader to imagine the dangers issuing from a contempt for the earth.

Sciences naturelles et modèles de développement économique

Claudine Grossir, maitresse de conférences,

Sorbonne université-ÉSPÉ Paris, IHRIM CNRS/Lyon II

Résumé : Quel rôle les sciences naturelles peuvent-elles jouer dans la résolution de la question sociale, si chère à George Sand ? Comment sont-elles appréhendées par les théories économiques qui se développent au cours du XIXe siècle, tant dans le domaine agricole qu’industriel ? Les romans, à trois reprises, dans les années 1840, puis au plus fort de la révolution industrielle, à l’aube enfin de la Troisième république, s’emparent de ces questions, pour démontrer l’intérêt d’une science appliquée, fondée sur l’observation, l’expérimentation et la rationalisation, susceptible de permettre un développement économique harmonieux où agriculture et industrie seraient en synergie, où la transformation du paysage serait synonyme de progrès.

Abstract : What part natural sciences may play in resolving social issues, very dear to George Sand? How economical theories which had been developed during the 19th century, use them in agriculture and industry? The novels, located whether in the 40’s, in the turmoil of industrial revolution, or at the dawn of the Third Republic, address these questions in order to demonstrate the interest of an applied science, based on observation, experimentation and rationalization. From this, could emerge a harmonious economical development where agriculture and industry would work in synergy, and land modelling would be a mark of progress.

La nature et l’urbanisation utopique dans le monde romanesque de George Sand

Naoko Takaoka, professeure de langue et de littérature françaises, Nara Women’s University (Japon)

Résumé : Il est certain que George Sand a proposé plusieurs types de communauté utopiste dans ses romans. Quand nous traitons le sujet des sciences et de la nature, Le Péché de Monsieur Antoine (1845), Narcisse (1859) et La Ville noire (1861) attirent notre attention. Tandis qu’on reproche à l’industriel ses actes destructeurs envers l’environnement naturel dans Le Péché de Monsieur Antoine, l’industrialisation et l’urbanisation sont appréciées dans Narcisse. Dépeignant minutieusement l’ambition et la crainte de l’homme vis-à-vis de la grande nature, l’auteure annonce finalement une forme réalisable de communauté rurale et harmonieuse dans La Ville noire. Nous y trouvons un plan précurseur de « Garden-city », mouvement anglais d’urbanisation moderne du XXe siècle.

Abstract : It is certain that George Sand proposed several types of utopian community in her novels. When we treat the subject of science and nature, Le Péché de Monsieur Antoine (1845), Narcisse (1859) and La Ville noire (1861) attract our attention. While we blame the industrialist for his destructive acts to the natural environment in Le Péché de Monsieur Antoine, industrialization and urbanization are appreciated in Narcisse. By depicting man’s ambition and fear of the great nature, the author ultimately announces feasible form of rural and harmonious community in La Ville noire. Here we find a precursory plan of « Garden-city », an English movement of modern urbanization of the twentieth century.

Chapitre 4 : Conserver les vestiges de la Vie sur Terre (présentation Martine Watrelot)

La famille Sand et les papillons.|

George Sand’s family and butterflies

Claudine Dheurle, membre de l’association Les amis de George Sand

Résumé : Depuis tout jeune, Maurice Sand, sous l’influence de George Sand sa mère, travailla les sciences naturelles : botanique, minéralogie, géologie et entomologie. Ces études étaient pour l’écrivaine, indispensables à qui voulait écrire. Il s’en suivit pour l’entomologie, la constitution d’une importante collection de Lépidoptères qui au décès de Maurice fut dispersée. Après une recherche approfondie, il me fut possible de retrouver en partie sa trace.

Abstract: Since his quite young age, Maurice Sand, under the influence of George Sand, his mother, developed a great interest in the natural sciences, namely, botany, mineralogy, geology and entomology. To George Sand, those studies were needed to whoever wanted to write books. Concerning entomology, Maurice built up an important collection of butterflies, which was sold after his death. After an extensive search, I succeed to locate a part of it.

George Sand et la Paléontologie

Jean-Marie Guégan, vice-président de l’association de paléontologie de Villers-sur-mer

Florilège sandien

Bibliographie

Catalogue de l’exposition « George Sand et l’Histoire naturelle » au Museum